Silverlining® – L’histoire

img_storiaLes Latins l’appelaient et le connaissaient sous le nom d’« ARGENTUM » et les Grecs d’« ARGOS », ce qui signifie resplendissant, éclatant, brillant.
Il était déjà mentionné dans le livre de la Genèse et l’analyse de pièces archéologiques découvertes en Asie Mineure a révélé que, au IVe millénaire av. J.-C., l’homme était en mesure de le séparer de ses minéraux. Ce métal blanc qui, après l’or, était le plus précieux à cette époque, fut appelé « LUNE » par les alchimistes qui pensaient qu’il était composé de la même matière que cette planète et qu’il en recevait sans cesse des influences en mesure de lui permettre de guérir et prévenir les maladies. Dans de nombreuses croyances précédant cette époque, ce métal était associé à des divinités lunaires et féminines.
Aujourd’hui, on le connaît sous le nom d’« ARGENT » dans les langues néo-latines et « SILVER » dans celles anglo-saxonnes.
Depuis toujours, l’argent a été utilisé et est connu pour produire des bijoux mais aussi pour ses vertus médicales et thérapeutiques.
Par le passé, les Romains appliquaient de l’argent sur les blessures et ont même démontré ses vertus curatives.
Les Persans l’utilisaient aussi ; les troupes de Cyrus le Grand transportaient l’eau potable dans des outres contenant des billes d’argent pour la conserver lors de leurs voyages.
Au cours des siècles suivants, on a commencé – et cela continue encore de nos jours – à manger dans de la vaisselle et avec des couverts en argent car ce métal était renommé pour son pouvoir désinfectant et sa capacité de lutter contre les bactéries. Dans les rites religieux, on utilise depuis toujours des calices et des ciboires en argent, son pouvoir bactéricide a permis de préserver la santé des officiants et des fidèles.
Depuis des siècles, dans de nombreux pays, la coutume veut que l’on offre une petite cuillère en argent aux nouveaux-nés à la naissance.
Au début du vingtième siècle, l’argent a été énormément utilisé pour combattre les maladies infectieuses, de la tuberculose à la légionellose. À l’heure actuelle, l’argent est utilisé dans le domaine de la biomédecine mais aussi pour l’épuration des eaux des piscines et pour la fabrication de vêtements antibactériens, d’appareils scientifiques, etc..
L’argent a donc des vertus thérapeutiques mais aussi antistatiques : il est en mesure de dissiper les charges électriques grâce à sa grande conductivité électrique.

Même en petite quantité, l’argent exerce une très grande action antimicrobienne ; il bloque l’action d’enzymes fondamentales, importantes dans les processus respiratoires bactériens et empêche aussi la production d’énergie de la part des micro-organismes.